Un thriller en plan séquence piégeant le·a spectateur·rice au sein d'une mystérieuse querelle de voisinage.



Synopsis

Jack, le chef d'une bande de marginaux précoces, est réveillé après une nuit de fête par un voisin qui s'est soudainement mis à jouer de la musique à fond à 6 heures du matin. Qu'il le fasse par ressentiment ou par innocente insensibilité importe peu à Jack, son combat est avec sa bande, qu'il doit empêcher de frapper à la porte du voisin ou, pire encore, d'appeler la police. Les raisons de cette résistance irrationnelle au dialogue avec le voisin, ainsi que les motifs qui poussent ce dernier à jouer sa musique à fond, sont progressivement et violemment révélés tout au long du film.


Prouesse technique

Island Life est une prouesse technique tant au niveau de la cinématographie que de l'utilisation du son. Le court-métrage de 23 minutes est composé de 5 longues prises de vue assemblée pour donner l'illusion d'un plan séquence. Ce déferlement ininterrompue d'action ôte au public la possibilité de respirer et d'aborder la situation de manière calme et logique, le forçant à vivre la même perte de contrôle et le même crescendo dramatique que les personnages.

Le tout est accompagné de la musique assourdissante et du dialogue parfois hurlés auxquels sont soumis Jack et sa bande. Poussant les limites du divertissement, le public a lui aussi envie que le voisin arrête sa musique et se retourne progressivement contre Jack.


Équipe chevronnée

Gavin Michael Booth, réalisateur : 20 ans de carrière, en tant que réalisateur, scénariste, producteur, monteur et à peu près n'importe quel autre rôle sur le plateau, lui ont permis d'accumuler plus de 150 crédits de réalisation de clips musicaux et 40 crédits de réalisation de films de fiction, sans compter une poignée de merveilles en plan séquence.

Ken Amlin, directeur de la photographie

Cast : Ben Peters (Jack), Frédérique Dufort (Samantha), Tamara Sevunts (Erica)Lucas Di Tecco (Sal)Jonathan Vanderzon (Roger)Sam Lemieux (Ralph) et Kitu Turcas (le voisin).



Un projet de longue haleine (2020-2024)

En 2020, Andres Cabrera Rucks, alors producteur pour Télévision McGill, écrit la première version du scénario d’Island Life. Il tente de réaliser le court-métrage à deux reprises en 2020 et 2021, mais la pandémie de COVID-19 fait avorter le projet à chaque tentative. 

Dès janvier 2022, Andres décide de faire équipe avec Vincent Copti, avec qui il a déjà collaboré sur des publicités au sein de PanArt Productions. Ensemble, ils retravaillent le script et imaginent le projet le plus ambitieux de leur carrière jusqu'à maintenant.

 


En juillet 2022, leur choix de réalisateur s’arrête sur Gavin Michael Booth, un cinéaste expert en plan séquence qui sera capable de réaliser la prouesse technique qu’est Island Life. 

Les coproducteurs entament l’année 2023 d’un pied assuré en clôturant leur budget grâce à une impressionnante campagne de sociofinancement leur permettant de collecter plus de 16 000$ en provenance de plus de 150 de contributeurs.

 


De février à mai, ils enchaînent auditions, visites des lieux de tournage potentiels et recrutement du reste de l'équipe. Le film est finalement tourné en 4 jours, précédés par 3 jours de répétitions en juin 2023. 

Après un montage minutieux pour obtenir l’ambiance visuelle et sonore escomptée, Island Life devrait être prêt pour une tournée des festivals à partir du mois de mai 2024 (presque 4 ans après l'écriture de la première version du scénario).